CMVB

Castres Massaguel Volley Ball

Grégory Verscheure : "Le volley leur a manqué"

Entraîneur de l’équipe de Pré-Nationale masculine avec Fabrice Boem et Punee Taputu, l’ancien central (42 ans) évoque l’état d’esprit du groupe et fixe ses objectifs avant d’aller affronter le leader de la poule ce samedi 13 novembre (21 heures) à Tarascon

Vos joueurs étaient-ils impatients de retrouver les terrains après deux saisons perturbées ?

Oui, le volley leur a manqué. Et exceptés les mutations professionnelles, j’ai retrouvé tout l’effectif à la rentrée. Il y avait aussi l’envie de retrouver l’effet de groupe, de couper du quotidien. C’est ce qui nous avait aussi beaucoup manqué. Maintenant, ils attendent tous de pouvoir enchaîner les matchs et d’aller au bout de la saison. C’est bien beau de s’entraîner, mais on n’a fait qu’une dizaine de matchs en deux ans. Pour travailler, ce n’est vraiment pas évident. Tu mets des choses en place aux entraînements, mais c’est surtout en match que tu les testes et les valides.

Comment jugez-vous le niveau de votre groupe ?

Depuis que j’ai repris cette équipe il y a quatre ans, quand elle est redescendue de Nationale 3, tous les joueurs ont progressé et c’est un groupe qui a encore une marge de progression. On a réussi à garder plus ou moins le même groupe durant ces quatre années. On se connaît tous bien. Cela leur a permis de bien progresser, individuellement et collectivement. On a débuté avec certains joueurs qui évoluaient en loisir ou en équipe 2, donc il y a tout un système qu’il faut qu’ils intègrent au fur et à mesure. On travaille plus là-dessus que sur le travail individuel. Je me concentre sur la notion de groupe.

À quel niveau se situe sa marge de progression ?

La constance et la concentration pour éviter d’avoir des trous d’air durant les matchs. L’expérience me montre que les résultats ne dépendent que de notre comportement. C’est ce qui déterminera nos résultats cette saison. Individuellement, on est capable de rivaliser avec quasiment toutes les équipes de la région en Pré-Nationale. Il n’y a pas de doute là-dessus. Quand tout roule bien, on pourrait même avoir un niveau de milieu de tableau de Nationale 3. Mais ce qui nous limite, c’est la constance, la régularité et respecter notre système de jeu pour ne pas sortir du cadre. C’est là où les autres équipes font la différence et c’est là-dessus où la marge de progression est la plus importante pour ce groupe.

Avez-vous prévu de jouer pour épauler l’équipe ?

Ce n’est pas l’envie qui m’en manque, mais le physique qui me fait défaut ! Mes articulations sont trop usées. Mon passé me rattrape après plusieurs opérations de l’épaule et du genou. Je joue un peu à l’entraînement, je m’éclate avec eux, mais je ne prévois pas de jouer. Si un jour, il manque un joueur, je mettrai le maillot. Mais je ne vais pas rentrer pour prendre la place de quelqu’un. Je veux aussi que l’équipe se gère toute seule et se mette en place sans moi. J’ai douze gars répartis à peu près équitablement sur tous les postes. C’est très bien. Et on va essayer d’intégrer des jeunes au fil de la saison.

Avez-vous ressenti un effet positif suite au titre de champion olympique de l’équipe de France qui a boosté le nombre de licenciés chez les jeunes ?

L’effet JO, chez les seniors, on ne l’a pas senti. On en a tous parlé évidemment, c’était quand même un événement et un sacré coup de projecteur pour la discipline. En tant qu’ancien joueur de Castres, j’ai en plus joué plus ou moins contre tous ces mecs quand ils étaient jeunes au Centre National. Ils avaient 16 ans, ils étaient en équipe de France jeunes. Ça a été une petite fierté supplémentaire de se dire qu’on avait pu jouer contre eux.

Ce serait quoi pour vous une saison réussie ?

Si on peut finir sur le podium de la Pré-Nationale en Midi-Pyrénées, ce serait une belle réussite. L’objectif est d’abord de se classer dans les trois premiers de la poule (Occitanie Ouest – poule A) pour pouvoir jouer ensuite une sorte de play-off en seconde phase. Il y a des équipes qui sont en place, comme Tarascon qu’on affronte ce samedi, qui sont installées depuis longtemps et trustent le haut du tableau. Si on peut rivaliser avec ces équipes-là, aller un peu les titiller et finir sur le podium, ça sera une belle saison. Mais une saison réussie, c’est avant tout une saison où les mecs reviennent avec la banane aux entraînements et sont contents de revenir la saison d’après. Le groupe est essentiel pour moi.

Le groupe : Martin Grinon, Clément Pécalvel, Thibaud Armengaud, Etienne Broquere, Mao Tavernier, Hugues Rigal (cap.), Paul Nouyrigat, Ludovic Deveaux, Morgan Marty, Stéphane Taputu, Luka Corbière, Matthias Pénéla, Sébastien At. Coachs : Grégory Verscheure, Fabrice Boem et Punee Taputu.

 

error: Content is protected !!