CMVB

Castres Massaguel Volley Ball

Les Hornets s'invitent à leur "final four"

Elles l’ont fait ! Les filles du CMVB ont forcé le barrage ce dimanche dans la fournaise du Cosec de Labruguière, face au Pontet (3-0), pour s’ouvrir les portes des demi-finales de N3F. Avec le “final four” les 28 et 29 mai au Cosec de Lameilhé, les Hornets peuvent rêver du titre de championnes de France

La fiche

À Labruguière (Cosec municipal), Castres Massaguel Volley-Ball bat US Pontet Avenir Volley 3 à 0 : 25-21, 25-19, 25-16. Spectateurs : 300 environ. Arbitres : Saïd Mohamed et Brahim Krelifa.

CMVB : Lola Arjona (cap.), Jeanne Puginier, Laure Salvage, Noémie Teixeira, Laura Wierre, Émeli Schäffer, puis Lola Idda, Lisa Bonnet, Léa Lebrun, Naomie Saliadarre. Entraîneur : Érik Arjona assisté d’Alain Maury et Fabrice Boëm.

LE PONTET : Aurélie Barbarotta, Delphine Gros Désirs (cap.), Raouya Rouabhia, Aurélie Ricca, Stella Rocci, Fanta Kobe. Entraîneur : Jonathan Stanicki.

 

Et 1, et 2, et 3-0 ! Les Hornets ont réalisé le match parfait ce dimanche pour s’ouvrir en grand les portes des demi-finales de Nationale 3 féminine. Après la montée en Nationale 2, les filles du CMVB ne sont désormais plus qu’à deux victoires d’un titre historique de champion de France. Les partenaires de Lola Arjona peuvent d’autant plus rêver qu’elles disputeront le « final four » devant leur public, dans leur ruche du Cosec de Lameilhé, les 28 et 29 mai. La récompense d’une saison exceptionnelle avec seulement deux défaites en 21 matchs.

« On y est !, savoure le coach Érik Arjona. Il fallait à tout prix être présent pour les phases finales qu’on organise à Castres. Et on l’a fait. Malgré la montée en poche, qui était l’objectif de début de saison, les filles continuent à jouer le jeu et à faire preuve de beaucoup de détermination, c’est très agréable de coacher une telle équipe. Le Pontet nous a donné du fil à retordre sur le premier set. Ce n’était pas évident avec le stress, l’environnement et la chaleur. » Mais les Hornets ont su piquer là où ça fait mal pour se rendre la partie facile avec d’abord une belle énergie et ensuite une douce euphorie, portées par toute une salle en ébullition.

Un set pour se lancer

La délocalisation forcée de leur barrage « à domicile » au Cosec de Labruguière et une préparation perturbée par des soucis de salle pour s’entraîner auraient pourtant pu gâcher la fête. Mais les Hornets ont su s’adapter et le président du Vlan Jean-Claude Périé les a accueillies dans les meilleures conditions, dans le cadre de la Fête du Volley Tarnais. Une fierté pour la passeuse Laure Salvage qui a débuté dans cette salle à l’âge de 6 ans : « Il y a quinze ans, je ne me serai jamais dit que j’allais vivre ça ! C’est beau de gagner dans cette salle. On va savourer et monter doucement en pression durant toute la semaine pour être prêt à vivre encore de belles émotions. »

En attendant, face à une équipe du Pontet venue de la banlieue d’Avignon avec seulement six joueuses, les Hornets ont fait le show dans la fournaise du Cosec de Labruguière. Le suspense n’a réellement duré que durant le premier set, le temps pour les filles du CMVB de lâcher les chevaux après une entame crispée (0-4). Malgré encore du déchet au service, elles ont su attendre leur heure pour porter l’estocade en fin de set (25-21). Les deux suivants ont été une simple formalité (25-19, 25-16) pour des CMVbistes sûres de leur force et portées par leur public.

« Elles s’en souviendront très longtemps »

Après avoir forcé le barrage, les Hornets ont pu savourer cette qualification historique avec leurs proches. La fête a été belle dans les vestiaires où elles ont eu droit à un bain de glace pour faciliter leur récupération. Elle s’est prolongée dans la soirée au stade Pierre-Fabre où les filles du CMVB avaient été invitées pour le match Castres-Perpignan. Après avoir pris la pose avec la mascotte Captain CO, elles ont assisté à la qualification des partenaires de Mathieu Babillot pour leurs phases finales. Eux aussi disputeront au minimum un barrage à domicile.

Le meilleur est à venir aussi pour le CMVB qui pourra compter sur l’expérience de ses deux flèches Laura Wierre et Émeli Schäffer pour gérer ce rendez-vous. « C’est un événement de disputer un final four à domicile, quel que soit le niveau, insiste le coach des Hornets. Beaucoup de joueuses vont le vivre pour la première fois. Ça va leur permettre d’emmagasiner encore de l’expérience. Elles s’en souviendront très longtemps parce que c’est une belle aventure. Et pour avoir connu les grandes heures du Cosec de Lameilhé à l’époque de la Pro B avec les garçons, si on remplit la salle ça sera un gros plus pour nous. »

Les adversaires. Dans les deux autres matchs de barrage, les clubs qui recevaient se sont aussi imposés : Besançon a étrillé Ensisheim (3-0) et Saint Polois a plus difficilement écarté Carpiquet (3-1). Avec le CMVB, ils rejoignent donc Plessis-Robinson qui était directement qualifié pour le « final four » au Cosec de Lameilhé de Castres : demi-finales samedi 28 mai à 17 heures et 20 heures ; match pour la 3e place dimanche 29 mai à 11 heures et finale à 14 heures.

error: Content is protected !!